174 millions de shampoings sont vendus chaque année en France selon le site Planetoscope ce qui fait autant de flacons plastiques. 552 millions, c’est le nombre de bouteilles de shampoing jetées chaque année aux États-Unis…. Dans l’industrie conventionnelle, de nombreuses études ont montré la présence de produits toxiques, allergisants, irritants ou perturbateurs endocriniens.

Jamais se rendre propre n’aura autant sali la planète. Nous qui inventons les gels anti-bactériens et qui aseptisons notre environnement au point d’avoir parfois une dizaine de produits ménagers sous l’évier que les bactéries remercient de les rendre plus résistantes, sommes persuadés d’être bien plus propres que nos ancêtres.
Les industriels nous persuadent, à grand renfort de campagnes publicitaires, qu’il faut toujours nettoyer plus, désinfecter plus, aseptiser plus…
Or, «pour les détergents bactéricides à usage domestique, leur utilité n’est pas démontrée», a rappelé l’Agence de sécurité sanitaire (Anses). «Il y a une industrie du détergent qui essaie de nous équiper d’un arsenal de produits pour la maison comme si nous étions en guerre!», note Adeline Tregouët, rédactrice en chef du magazine de l’Institut national de la consommation (INC). «Assouplissants, désodorisants de frigos ou de lave-vaisselle, anticalcaires, brumes d’oreillers, nettoyants de lave-linge… on multiplie les molécules, les composés organiques volatiles, tout ça se mélange à la pollution, au soleil, et donne des molécules encore plus toxiques», explique-t-elle.
En pensant se prémunir contre d’hypothétiques bactéries et virus qui n’alarmaient pas ni n’affaiblissaient pas nos ancêtres, nous nous empoisonnons, nous rendons ces bactéries et virus plus résistants, nous affaiblissons nos propres défenses…et qu’est-ce que nous polluons!!

Il existe pourtant des alternatives. Il est possible d’échanger la plupart des produits proposés par l’industrie par des produits bien plus simples, bien plus écologiques, économiques et réalisables soi-même, réduisant ainsi, en sus, notre tonnage de déchets plastiques annuel.
Il est possible avec 3 ingrédients de préparer sa propre lessive liquide voir même avec 2 pour les plus audacieux avec la lessive au lierre et de ne plus jeter chaque mois son bidon plastique. Il est possible de réaliser un spray multi-usages avec 4 ingrédients. Il est très efficace en plus. Un adoucissant pour le linge? 3 ingrédients…
Un liquide vaisselle? 4 ingrédients.
De plus, une fois que vous avez quelques ingrédients de base comme le savon noir, le savon de Marseille, le bicarbonate, les cristaux de soude, le vinaigre…il ne manque plus grand chose, quelques huiles essentielles, facultatives, pour améliorer le tout.

Ce n’est pas le seul geste écologique à la portée de tout un chacun. Beaucoup testent les brosses à dent en bambou, ou “à tête rechargeable”, les dentifrices naturels (bicarbonate, charbon, huile de coco…), les shampoings solides, les masques faits maison, les savons faits maison, les baumes à lèvres réalisés dans la cuisine, ceux qui soignent vraiment sans aucun additif douteux…
Non seulement vous ferez du bien à votre corps, vous éviterez peut-être une maladie grave, comme un cancer, mais vous ferez également du bien à notre Mère la Terre.
Comptez combien de bouteilles de shampoing, de gel douche (remplaçable par un savon de Marseille, bien meilleur pour la peau selon médecin et Dermatologue), de savon pour les mains (on en a tous ou presque qui trône sur nos lavabos), de flacons de liquide vaisselle, de bidons de lessive, de divers produits ménagers, sur une année, ou un mois. Multipliez ce chiffre simplement par le nombre de maison de votre rue ou d’appartements de votre immeuble. Imaginez le nombre de rues ou d’immeubles comme le vôtre il y a dans votre ville, votre région, en France, Dans le Monde …

Mais ça ne s’arrête pas là. Vous n’êtes pas prêts pour les cosmétiques et produits d’entretien écoresponsables? D’autres gestes sont à votre portée.
Selon la taille de votre foyer, lors de vos achats, il convient de choisir le format le plus adapté, permettant de diminuer les emballages inutiles.
Pourquoi acheter plusieurs packs de 4 yaourts, emballés de carton et parfois sur-emballés de plastique, quand vous pouvez acheter un seul pack de 12 avec beaucoup moins d’emballage?
Pensez également aux grands conditionnements pour les denrées non périssables comme les féculents, légumineuses, papier toilette…
Au contraire, vous avez un appétit d’oiseau? Visitez le rayon vrac, voir l’épicerie vrac (il en fleurit un peu partout), emmenez-y vos bocaux, boîtes plastiques ou sacs. Vous emporterez la juste dose selon vos besoins et … aucun emballage superflu.
Pensez aussi aux éco-recharges en plastique souple nécessitant beaucoup moins de plastique que les bidons et flacons et plus faciles à recycler.
Une autre possibilité : les emballages consignés, notamment chez les producteurs de jus de fruits fermier.

Bien sur, réduire vos déchets sur vos achats n’est pas très efficace si à la caisse vous vous faites fournir moults emballages plastiques jetables. Emmenez vos sacs réutilisables, tellement pratiques et tellement plus solides.

A l’aire du numérique, toutes les offres commerciales sont disponibles en ligne, tous les journaux d’information sont consultables depuis leur site internet. Un autocollant “STOP PUB” sur la boîte aux lettres peut vous aider à réduire vos déchets de 35kg en moyenne par an.
Dans la même veine, évitez les impressions inutiles. Quand on vous envoie un mail, ne l’imprimez que si c’est nécessaire et de préférence en recto-verso s’il y a plusieurs pages. Si en plus vous pouvez utiliser du papier recyclé ou écolabellisé “NF environnement” lorsque vous êtes obligé d’imprimer, c’est encore mieux!

Les produits jetables, tels les assiettes carton, gobelets cartons et couverts à usage unique (je ne parle pas de vaisselle en plastique bientôt interdite à la vente) sont séduisants par les facilités qu’ils proposent. Faciles à transporter, à disposer, à utiliser…et surtout à débarrasser. Pas ou très peu de nettoyage. Utilisez-les à bon escient, quand vraiment vous ne pouvez faire autrement. Privilégiez la vaisselle réutilisable, même si ça oblige à faire la vaisselle.

Vous consommez beaucoup d’eau en bouteille? Vous êtes vous posé la question du “Pourquoi” vous la consommez ainsi? Comme vous, j’ai beaucoup consommé d’eau en bouteilles et donc participé à la production de déchets plastiques. Puis j’ai testé les carafes filtrantes. Et un jour, j’ai rencontré une personne qui travaille à l’Agence Régionale de Santé. Cette personne justement fait partie d’une équipe qui gère les analyses de l’eau du robinet des communes et des plans d’eau de la région. J’ai appris que chaque mairie a obligation d’afficher bien en vue les résultats des dernières analyses réalisées par les services de contrôle. J’ai appris également qu’au moindre doute sur la consommabilité de l’eau du robinet, la population est immédiatement avertie.
Moi ce qui me gênait le plus, en fait, c’était ce goût, un peu chloré de l’eau du robinet. Là encore, il avait la solution. Il suffit de remplir une bouteille en verre propre avec l’eau du robinet et de la laisser quelques heures au frais. Le goût disparaît. En effet, le chlore est d’avantage présent pour s’assurer que si l’eau rencontre des bactéries dans les canalisations, elle n’en sera pas affectée. Les ions chlore se dégradent à l’air libre en quelques heures. Si vous pensez à remplir vos bouteilles le soir, vous aurez une eau bien neutre le matin.
Pensez aux gourdes pour vos déplacements.

Nombre de nos déchets sont également générés par l’ère du tout jetable. Pourtant, beaucoup d’objets mériteraient une seconde vie.
La vieille chemise dont vous vous êtes déchiré la manche en bricolant et qui est irréparable? Faîtes en des chiffons pour la poussière, le garage ou sécher les papattes de votre animal de compagnie qui rentre du jardin.
La bouteille en verre du jus de tomate bio achetée au supermarché, recyclez là pour “déchlorer” votre eau du robinet ou préparez vos détox.
Réutilisez les boîtes à chaussure pour classer vos photos, notes de frais, matériels de couture. Les bocaux à cornichons ou à sauce feront de très bon contenants pour l’épicerie en vrac une fois nettoyés. D’ailleurs certaines de ces épiceries sont ravies qu’on leur dépose gratuitement quelques bocaux propres pour leurs clients qui n’en ont pas.

Faites réparer les électroménagers en panne plutôt que d’en changer. Il existe des endroits appelés “Repair Café” (atelier de réparation organisé au niveau local). Il existe aussi des ateliers de réparation plus conventionnels si vous êtes trop pris.
Et si vous changez votre électroménager pour du plus récent, plus performant mais que l’ancien fonctionne encore, pensez à vendre ou donner l’ancien pour lui offrir une seconde vie. Des sites vous faciliteront la vie là encore.
Vous avez besoin d’un appareil qui ne vous servira qu’un temps très court? Pensez à la location.

Les piles, ce fléau difficile à recycler et très polluant et pourtant si utiles à tous nos objets du quotidien (télécommandes, lecteurs de musique, horloges)…autant que possible, privilégiez les piles et batteries rechargeables ou à défaut les alcalines.

Vous avez un jardin? Avez vous pensé à préparer votre propre compost? Vous pouvez y mettre presque tous vos déchets végétaux, de la cuisine ou du jardin, les restes de pain, les coquilles d’œuf, mais aussi du carton.

Si tout cela ne vous a pas séduit, testez au moins les produits Ecolabellisés “Ecocert” ou “NF Environnement” ou “Ecolabel.eu”.

N’oubliez pas, on a qu’une santé. La perdre peut-être mortel.
Et on a qu’une planète, si on ne fait pas d’efforts, il sera bientôt trop tard!

 

Touche pas à ma planète!
AuteurYaya
Publié
Affiché 324

Commentaires

Aucun commentaire

Laisser un commentaire